Vélo Club Gleizé-Limas

Vélo Club Gleizé-Limas

Courir pour la paix 2011

Samedi 30 juillet, je me suis rendu à la cyclosportive Courir pour la paix organisée par le SCO Dijon à Chailly sur Armançon, charmante bourgade située près de la capitale de la moutarde.

Levé assez tôt pour arriver à l'heure, j'arriverai juste à temps pour m'inscrire sur le parcours de 70 kms présentant un petit dénivelé de 780 m relevé au GPS. Distance courte qui devait me permettre de tenter des attaques, chose qui ne m'était jamais réellement arrivé avant et que j'avais envie de faire.

 

Voici le profil de l'épreuve.

 

 

 

 

9h, le départ est donné. Notre peloton est composé d'une centaine de coureurs dont, à vue d'oeil, une bonne trentaine de "vrais" coursiers. Le départ se fait dans la cour d'un magnifique château et est donné par Bernard Hinault, parrain de l'épreuve. D'entrée, je me place dans les 10 premiers et le peloton part à une allure de 40 km/h environ, normal c'est descendant et le vent est favorable.

 

Au bout de 4 kms, nous arrivons à un rond point, je suis en 3ème position et la moto nous annonce un virage à droite. Nous tournons mais panique au bout de 500 m, plus personne derrière seulement la voiture ouvreuse qui fait 1/2 tour. Nous sommes 3 piègés. Demi tour rapide, il nous faut rattraper le peloton qui a pris une très grande avance. La course poursuite est lancée, j'ai dans un coin de la tête ma mésaventure à la roannaise de l'an dernier (départ raté !) et je me dis qu'il faut absolument revenir sur le peloton avant la 1ère bosse qui sera le lieu d'attaques. Nous sommes 3 mais seulement 2 à rouler. Nous mettrons 12 kms à rentrer en roulant à bloc sur le plat avec le collègue. Un vrai CLM !

 

Nous renterons sur le peloton au km 16 c'est à dire au pied de la 1ère bosse. Le temps de se refaire la cerise à l'abri pendant 2 kms, les 1ères attaques démarrent. Je ne suis pas la 1ère composée de 3 coureurs mais saute sur la 2nde, le collègue partant paraissant bon grimpeur. Nous rattrapons 2 des 3 échappées. Je bascule donc en haut de la 1ère bosse en 3ème position.

 

 

 

 

Dans cette bosse, j'ai préféré ne pas prendre trop de relais car je voulais un peu récupérer de notre CLM de 12 km à 180 puls de moyenne ! La descente est rapide mais dangereuse. S'en suivent 10 kms de plat où nous coopérons très bien avec mon camarade d'échappée Pierre. Nous verrons tout de même revenir un groupe de 4 dans cette portion de plat. A leur retour, la coopération est nulle, j'effectue 80 % des relais car je me dis qu'il faut garder l'écart sur le peloton. J'ai du mal à comprendre l'attitude de certains routiers...

 

Au km 36, nous allons devoir passer un raidillon avec une pente à 18% sur 200m. J'ai discuté avec Pierre et nous pensons remettre une couche. Pierre démarre très tôt, je mets quelques dizaines de mètres à revenir mais c'est bon. Nous basculons à deux et au sommet je prends un relais appuyé sur 5 kms pour creuser l'écart. Ensuite nous coopérons bien comme avant. Mais nous voyons tout de même revenir 2 coureurs que nous avions lâché avant : celui avec qui j'ai effectué le CLM pour revenri sur le peloton au début du parcours et un coureur du SCO Dijon aux mollets très affûtés qui n'a pas pris un seul relais lorsqu'on roulait ensemble. A surveiller me dis-je ...!

C'est alors que nous apercevons le 1er de la course au loin... La voiture ouvreuse nous l'annonce à moins de 1 minute.

 

 

Au km 55, avant dernière difficulté, Pierre attaque d'entrée. Je prends sa roue dans cette bosse de 3 kms et nous faisons un nouvel écart. Nous avons en point de mire l'homme de tête que nous rattraperons en haut de la bosse. Asphyxié, il prend diffcilement nos roues. Nous faisons la descente à fond et entamons ensuite la dernière côte située 10 kms avant l'arrivée. 10 kms...c'est rien, je me dis qu'il faut que j'attaque dès le début de la bosse. J'y vais au train au début, ce qui fait sauter l'ancien échappé, Pierre avec qui on a fait beaucoup de kms me suit mais me dit qu'il a des débuts de crampes. Il est honnête, cela se sent...mais parvient à me suivre malgré quelques accélérations ...pas très franches car moi aussi je suis entamé physiquement. Je n'ai pas roulé plus de 6 kms à l'abri dans le peloton !

 

Arrivé en haut de la côte, nous sommes sur une crête exposée au vent de côté. C'est moi qui roule, le collègue est dans ma roue incapable de relayer. Je regarde mon compteur 65 kms...67 kms....

 

Les 3 derniers kms sont en descente à 4% avec vent de face. Il faut toujours pédaler, je mets tout à droite et advienne que pourra. A 500 m de l'arrivée dans le village, nous sommes sur du plat. Je n'ai jamais sprinté de ma vie; je décide de faire le final comme en VTT, c'est à dire à bloc assis. Pierre est dans ma roue mais ne parvient pas à me déborder. Je passe donc la ligne en 1ère position ! Le collègue est dans le même temps derrière et le 3ème à 1minute 51. C'est la personne avec qui j'avais dû revenir sur le peloton en début de parcours, spécialiste de CLM qui emmenait des braquets impressionnants sur le plat.

 

Nous bouclons le parcours en 2h10 à une moyenne de 32.5 km/h.

Très content, c'est ma 1ère victoire depuis que je fais du vélo dans des conditions bizarres pour une cyclo puisque je n'ai quasiment pas roulé en peloton de la course.

Relevés :

F moyenne 164

F maximale 182

 

La cérémonie des podiums est effectuée dans la cour d'un château hôtel/golf 4 étoiles avec petits fours et pétillants...de Bourgogne. Le président FFC de Bourgogne est présent et c'est Mr Bernard Hinault qui nous remet la coupe. Ce mec est impressionnant mais terriblement sympathique !

 

 

 

Bon dimanche à tous.

 

Jérôme



31/07/2011
8 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres